Référencement : Google Panda, Pinguin, etc. Comment s’y retrouver ?

Giant panda eating bamboo

C’est l’histoire d’un Panda, d’un Pinguin et d’un Colibri qui entrent dans un café…

Le barman dit au patron : « Je crois qu’ils veulent nous vendre du référencement. ».

Le panda glisse au Pinguin : « je crois qu’on tient le bambou ».

[Bruit de symbales]

Un peu plus sérieusement, comment vous y retrouver entre les différents noms des algorithmes de Google ?

C’est simple :

Google Panda ne mange que du bambou de bonne qualité : vous devez nourrir votre site avec des contenus attrayants.

Google Pinguin s’intéresse à la partie émergée de l’iceberg : vous devez favoriser les contenus visibles, par exemple éviter de mettre trop de contenus essentiels pour votre référencement dans des diaporamas.

Google Colibri est agile et intelligent, il correspond à une amélioration de la compréhension des requêtes naturelles des internautes par google.

Google Pigeon vit dans les rues de la ville. Google Pigeon s’intéresse aux requêtes locales (il a inclus des critères de classement jusqu’ici utilisés uniquement dans les résultats non locaux).

A retenir : 

Parfois (c’est assez rare), il arrive que les algorithmes de Google ne soient pas totalement cohérents avec l’intérêt des internautes. Par exemple, on sait que les internautes aiment les visuels simples et les textes courts, mais Google Panda préfère les contenus plus denses.

Il faut toujours, lorsque vous optimisez votre site, garder à l’esprit que l’essentiel est de satisfaire l’intérêt de vos visiteurs.

 

 

Référencement : acheter des liens, est-ce crétin ?

Les liens entre les sites (backlinks) sont le premier critère de classement de l’algorithme de Google.

Et bien évidemment, obtenir de bons liens est la partie la plus difficile du référencement… Car autant le contenu de votre site, vous pouvez le modifier comme vous voulez, autant obtenir des liens nécessite une stratégie qualitative et relationnelle de longue haleine (ça veut dire qu’il faut mouiller la chemise).

La tentation est grande de se faciliter les choses en achetant des liens. « Je te donne 30 euros et tu fais un lien vers mon site ».

Certains sites (que nous ne nommerons pas, vous allez comprendre bien vite pourquoi) se sont même fait une spécialité de mettre en relation les acheteurs et vendeurs de liens…

Alors est-ce crétin d’acheter des liens ? Sans équivoque, oui.

Car Google a clairement « déconseillé » ce type de pratique  (en langage Google, « déconseiller » signifie : « on va blacklister ton site si tu le fais et tu perdras 90 % de tes revenus du jour au lendemain »). Google annonce régulièrement avoir découvert des services d’achat de liens et blacklisté leurs clients…

A retenir : N’achetez jamais de lien. Vraiment jamais.

Référencement : commencez par le commencement !

Le référencement, c’est comme pour tout, il faut mieux commencer par le commencement.

Et le début du référencement, c’est vous, votre activité, vos clients, et donc vos mots-clés.

Plus précisément, les mots clés utilisés par vos prospects pour vous chercher.

C’est parfois facile : Vous êtes avocat à Rennes ? Travaillez votre référencement pour « avocat Rennes ».

Cela nécessite parfois de faire un peu plus de gymnastique intellectuelle, notamment si vous êtes spécialiste dans un domaine peu connu ou bien si vous avez une activité innovante. Vous pouvez par exemple trouver les mots liés à votre domaine d’activité général.

Une fois que vous avez listé votre première série de mots clés, vous pouvez la compléter en regardant les sites de vos principaux concurrents, ou en faisant une étude sémantique avec l’outil de planification des mots clés d’adwords, la régie publicitaire de Google, ou bien un outil comme ubersuggest.org (toujours prendre un peu de recul par rapport aux chiffres annoncés).

Vous pouvez aussi faire appel à un consultant pour obtenir tous les détails (volumes d’utilisation par mot clés et par ville), et une préconisation stratégique.

Référencement : regardez vos statistiques les yeux dans les yeux.

Un ami : « Whaou ! J’ai eu 853 visites sur mon site ce mois-ci, dont 18 de Honk kong. »

Le méchant référenceur agile : « Super ! Et ça a donné combien de ventes ? »

L’ami : « ^…^ ? »

Voici 7 règles d’or pour bien lire vos statistiques :

Read more

Référencement : ne faites pas le pitre avec vos titres !

Dans le contenu de votre site, le premier critère pour obtenir un bon classement dans Google est très probablement le titre de votre page.

Pourquoi le titre de votre page a-t-il tant d’importance ? 

Comme toujours, l’algorithme de Google est très logique : Le titre de votre page, c’est la première chose que voit votre visiteur, et c’est ce qui va être le plus repris sur les réseaux sociaux si votre article est partagé.

Comment optimiser le titre de votre page ? Read more

Référencement : soyez agile, commencez par la fin !

Le plus important, si vous voulez être efficace dans votre référencement, c’est de pouvoir mesurer vos résultats avec précision.

Malheureusement, la mesure des résultats est trop souvent le parent pauvre du référencement. On fait des efforts considérables pour être mieux positionné en référencement naturel, on investi de l’argent dans du référencement payant, on paye des sorciers Vaudou pour jeter un sort aux concurrents, mais on cale juste au moment de regarder ses résultats.

Souvent, on se rassure en disant « j’ai un compte sur google Analytics », l’outil de statistique gratuit de Google. Et puis, le méchant référenceur agile pose la question qui fait mal : Quel est votre retour sur investissement ? Read more

Rédiger du contenu, c’est comme inviter des amis à dîner…

Quand on invite pour un dîner, comme quand on veut créer du contenu, il y a des questions importantes à se poser :

Qui voulez-vous inviter au banquet , et quels sont les goûts de vos invités ? Read more

Le manifeste du référencement agile

Pour ton référencement, agile tu seras :

  • Etape par étape tu fonctionneras.
  • Droit au but tu iras, le plus important en premier tu feras.
  • Pour faire simple, des étapes courtes tu prévoiras.
  • A chaque étape les résultats tu évalueras.
  • En fonction des résultats, si besoin tu pivoteras.
  • A ton client et tes utilisateurs en premier tu penseras.
  • Avec le sourire, les évolutions des demandes de ton client toujours tu accueilleras.
  • Pour ne pas te perdre en route, un cadre simple et précis tu définiras.